Les Lilas : entre ville et village à 15 minutes de Paris

Les Lilas : entre ville et village à 15 minutes de Paris
avril 20, 2020 Gd Graphisme

Les Lilas : entre ville et village à 15 minutes du centre de Paris

Article paru sur le site seloger.com

Les Lilas est une ville coquette où il fait bon vivre, maillée de petits commerces et de services de proximité ! L’atmosphère est bel est bien celle d’un village. Depuis Mairie des Lilas (ligne de métro 11), le temps de trajet vers Paris-Centre est presque imbattable, il ne faut que 15 minutes pour rejoindre Châtelet ! Et cette possibilité va concerner de nouveaux quartiers…

Les Lilas possèdent un atout irrésistible : le métro

Les Lilas s’apprêtent, à l’horizon 2022, à inaugurer la station de métro Serge Gainsbourg (quartier Est de la ville, dont les dessertes se font actuellement par bus). De belles opportunités se créent alors pour les acquéreurs, attirés par un prix moyen de 6 300 €/m² soit 1 000 € de moins que la moyen des prix des logements sur la commune. Mis en valeur par le coup de projecteur des aménagements de la ligne 11, les Lilas gagnent chaque jour en visibilité, et pour beaucoup d’acheteurs, il est encore temps de se décider et de faire des affaires.

Les Lilas attire de plus en plus d’acquéreurs

Les professionnels de l’immobilier suivent les Lilas de très près : « en informant nos clients sur les évolutions du marché, liées de près aux travaux d’aménagements du Grand Paris, ils sentent que c’est encore le moment de se positionner, de passer le cap, et ils sont ravis en découvrant l’offre des Lilas. Avec ses maisons individuelles, de super appartements 50’s en parfait état ou à rénover, c’est une ville qui regroupe des biens très spécifiques qui remportent l’adhésion de nos clients, car nous faisons des recherches totalement personnalisées! », raconte Catherine Callède, directrice de l’agence de chasse The Place To Be France. Cette professionnelle a été témoin des transformations du marché depuis plusieurs années, et observe pour les Lilas une recrudescence d’acquéreurs tournés vers des biens familiaux : « nos clients attirés par les Lilas recherchent des biens avec 3, 4 chambres, ils aiment les espaces conviviaux, offrant un mode de vie simple, élégant et hyper confortable. L’offre suit, donc on a encore de bons prix. ».

Margaux, chasseuse chez The Place To Be, nous donne son aperçu du marché en décrivant des biens trouvés pour leurs clients : « Cela va de la maison d’architecte contemporaine de 150 m², avec suite parentale, grand séjour et cheminée, à 11 000 €/m² — le tout à 6 minutes à pied de la Mairie et 1 minutes du futur arrêt Serge Gainsbourg— jusqu’au 2 pièces cosy exposé sud, avec balcon et cave, à 5750 €/m² ».

Le métro va desservir de nouveaux quartiers qui vont prendre de la valeur

Autour de l’arrêt Mairie des Lilas, les variations de prix au m² s’alignent sur les gammes et styles de prestations (résidences années 40/50, récentes, villas de standing ou maisons) et aux options offertes par le logement : grandes caves, parkings, terrasses, jardins atteignant parfois 100 m², autant de détails qui font toute la différence, et auxquels certains Parisiens n’osent même plus rêver ! Catherine Callède ajoute : « Cette offre très complète est aussi liée à l’histoire des Lilas, qui s’est développée lentement et sûrement. C’est une ville qui a soigneusement conquis sa population avec un parc immobilier de logements bien pensés, adaptés au quotidien, construits avec goût et tout en simplicité » Et quid des transformations à venir ? « Cela bouge bien sûr, notamment près du square Henri Dunant, du quartier des Sentes, c’est-à-dire le quartier du futur arrêt Serge Gainsbourg ! Les prix dépassent parfois les 7 000 €/m² alors que le métro n’est pas encore arrivé, mais là, on a une maison de 5 pièces avec de superbes volumes ! On peut espérer de très belles plus-values sur du moyen et long terme ».

Le tracé de la ligne 11, qui se poursuit vers Place Carnot, réveille également Romainville, petite commune limitrophe à l’est des Lilas : « accessible à des prix encore plus doux quand on recherche de la surface », explique Margaux, « parce que Romainville est une ville plus difficile d’accès depuis Paris mais cela changera en 2023 ! ». Compter 5 800 € environ le m² (fourchette haute sur une moyenne de 4 100 € à Romainville) pour un bien situé à côté du futur métro Place Carnot. « Mais attention, s’amuse Margaux, à ce prix et à cet emplacement, c’est du refait à neuf avec goût, belles finitions, et un petit jardin en prime.»